4 façons d’être un meilleur voyageur à l’avenir

Bien qu’il y ait beaucoup d’incertitude, il existe des méthodes pour garantir que, le moment venu, nous retournerons voyager d’une meilleure façon qu’auparavant pour les communautés que nous visiterons ainsi que pour nous-mêmes. Voici quatre façons d’être un meilleur voyageur dans le futur ?

1/ Aider les communautés dépendantes des touristes

Lorsque vous voyagez, vous soutenez un secteur qui emploie des personnes dans le monde entier, qu’il s’agisse de chefs cuisiniers lors de croisières de nuit dans la baie d’Halong, de porteurs sur le chemin des Incas ou de nettoyeurs d’hôtel. De nombreuses personnes travaillant dans ce secteur sont actuellement confrontées à des pertes d’emploi. Selon les estimations, 100 millions d’emplois sont en jeu dans le monde en raison de l’épidémie et des changements dans les habitudes de voyage. De nombreuses personnes ont été touchées par l’épidémie et ses conséquences financières, et de nombreux voyageurs potentiels ont été lésés et ne pourront plus voyager dans un avenir proche.

Bien que vous ne puissiez peut-être pas voyager en ce moment, si vous le pouvez, pensez à planifier, reporter ou programmer vos futures vacances afin d’aider les personnes engagées dans l’industrie du tourisme, tant au niveau international que local. Si vous ne prévoyez pas de voyager dans un avenir proche, vous pouvez quand même aider les communautés qui dépendent du tourisme en donnant à des organisations comme KOTO, qui utilise les visites de ses restaurants à Hanoï et Ho Chi Minh Ville pour financer des programmes de formation à l’accueil pour les enfants pauvres du Vietnam.

2/ Minimisez votre impact sur l’environnement

De nombreux rapports montrent que la qualité de l’air dans les grandes villes du monde s’est améliorée depuis la mise en place des lockdowns. Le trafic aérien mondial était inférieur d’environ 95 % aux niveaux de 2019 à son point le plus bas en avril. Ainsi, si l’on ajoute à cela la diminution de l’activité industrielle et des émissions du transport routier, les niveaux de dioxyde de carbone étaient nettement inférieurs à ceux d’avant l’épidémie. Les améliorations de la qualité de l’air et des émissions de gaz à effet de serre sont un point lumineux dans cette catastrophe mondiale, et elles nous rappellent qu’il faut réfléchir aux conséquences environnementales de nos décisions de voyage.

Lorsque vous serez de nouveau en mesure de voyager, y a-t-il des mesures que vous pourrez prendre pour réduire vos émissions ? Il sera peut-être plus facile de voyager plus près de chez vous dans un avenir proche, ce qui vous aidera à réduire votre impact carbone. Les activités à faible intensité carbonique à votre destination, comme les randonnées pédestres et les promenades à vélo, réduisent les émissions de gaz à effet de serre, tout comme les aventures qui incluent des déplacements en train, à vélo, en covoiturage ou simplement à pied. Envisagez la compensation des émissions de carbone avec un programme comme Ecologi pour tout carbone que vous ne pouvez éviter de créer.

3/ Aidez les animaux et leur environnement en étant gentil avec eux

Le tourisme a un large éventail d’effets sur l’environnement, qu’il s’agisse de réduire les émissions de carbone ou d’aider les populations locales à préserver les habitats naturels et les animaux. Les autres sources de revenus peuvent être rares dans certaines situations, et les communautés peuvent avoir recours à l’exploitation des ressources naturelles. Le tourisme offre la possibilité de donner aux communautés les moyens de conserver ces habitats tout en sensibilisant le grand public et les visiteurs aux avantages de cette démarche. Le braconnage des rhinocéros aurait augmenté au Botswana et en Afrique du Sud en raison d’une pénurie de visiteurs pour les safaris.

D’autre part, nous avons vu des lueurs d’optimisme dans les impacts sur la nature, comme l’augmentation du nombre de nids de tortues luths rares sur les plages de Phuket, en Thaïlande, après des décennies de manque de visiteurs et de résidents sur les plages. Cela devrait nous rappeler que nos actions en tant que voyageurs ont un impact sur les écosystèmes et les éco-systèmes que nous visitons, et que cet impact est amplifié dans les endroits sensibles ou envahis par les visiteurs. Planifiez vos futures vacances de manière à éviter les régions surpeuplées, faites des dons à des projets de conservation et apprenez-en davantage sur l’environnement et la faune sauvage.

4/ Profitez des voyages pour vous améliorer et prendre soin de vous

Qui peut contester les effets positifs d’un séjour ou de vacances sur la santé mentale d’une personne et son sentiment d’appartenance aux autres ? En outre, les voyages favorisent la sensibilisation et la compréhension culturelles en nous permettant d’en apprendre davantage sur des personnes et des lieux différents des nôtres, ainsi que de partager nos propres histoires. Après une période d’isolement, il se peut que vous ayez envie d’une connexion humaine, et si les expériences virtuelles peuvent aider à combler ce vide, les rencontres en face à face sont difficiles à surpasser.

Lorsque vous aurez l’occasion de voyager à nouveau, profitez-en pour rencontrer d’autres voyageurs partageant les mêmes idées ou des étrangers d’horizons différents, et tirez le meilleur parti de ce que vous apprenez d’eux et de ce qu’ils vous apprennent.

Même si vos projets de voyage à l’étranger sont remis à plus tard et que votre prochain voyage sera peut-être plus proche de chez vous, votre détermination à mieux voyager à l’avenir peut aider d’autres personnes qui ont eu des difficultés. Il y a toujours la possibilité de nouvelles aventures.

Laisser un commentaire